Calendrier

Production/Diffusion

OARA/ Pôle culture et Santé Nouvelle Aquitaine

Mardi 11 septembre 2018  - Molière-Scène d’Aquitaine 

 

Mercredi 31 octobre 2018 - IFSI Croix Rouge d’Angoulême


Lundi 12 novembre 2018  - Lycée Ernest Pérochon de Parthenay 

 

Mardi 27 novembre 2018 - Les Cigales à Luxey

Vendredi 29 mars 2019 - Centre Culturel Michel Manet à Bergerac

Mardi 2 avril 2019  - Journée au Lycée Agricole les Vaseix à Verneuil sur Vienne 


Mardi 9 avril 2019 - CH de Monts et Barrages à Saint Léonard de Noblat

Du 14 , 15 et 16 mai 2019 - Globthéâtre à Bordeaux

Mercredi 22 et jeudi 23 mai 2019 - Festival Ah?

Mardi 28 mai 2019 - Rencontre Accès Libre au Moulin du Roc à Niort

 

Jeudi 27 juin 2019 - Salle Georges Brassens à Etray

Mercredi 10 juillet 2019 - Castillonnes

Jeudi 26 septembre 2019 - Sèvres Anxaumont

Le 23 et 24 octobre 2019 - Hors les murs porté par le Moulin du Roc

Je ne voudrais pas déranger/Les mains chaudes.

Création 2018
D'après "Les chemins marchent plus vite que les écoliers" de Renaud Borderie

Je ne voudrais pas déranger » est un projet ayant pour sujet la maladie d’Alzheimer,  impulsé par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, co-piloté par le Pôle Culture & Santé Nouvelle-Aquitaine et l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine. Trois compagnies (Crypsum, Zavstra et l’Esquif) ont été regroupées pour créer trois formes qui questionnent la manière dont collectivement nous portons attention à la différence. 

L'équipe s'évertue ici à restituer plus qu'à incarner. La troupe explore les troubles, les élans, les failles, les irruptions. Comment parler de ces êtres particuliers, et de ce qui chez eux vacille, de ce qui s’efface, de ce qui s’échappe ? Comment donner corps à ces présences, ces regards, ces gestes, qui nous livrent, souvent avec poésie, une part précieuse de notre passé, de ce que nous sommes? Il s'agit pour l'Esquif de suggérer, à travers différents types de situations, concrètes ou symboliques, parlées ou chorégraphiées, les rapports qui s’entretiennent avec des êtres qui ont perdu quelque chose, mais dont la présence demeure, forte et évocatrice. 

Note d'intention d'Hélène Arnaud

 

 

Alors que j’écris cette note, nous venons de finaliser la structure dramaturgique de ce que sera notre spectacle autour d’Alzheimer. Que de chemins parcourus pour parvenir à trouver un propos qui nous paraît juste! Le théâtre est pour moi le catalyseur nécessaire à la formulation de mes interrogations sur notre monde. Elles sont récurrentes, et d’une certaine manière obsessionnelles chez moi: Qui sommes-nous? Qu’est-ce que notre humanité? Quelle est la nature des rapports que nous entretenons? Comment puis-je remettre l’étrange au centre alors que tout tend à l’étaler sur les bords? Comment raconter ce vide médian qui nous lie ? 

 

Les réponses que le théâtre donne sont multiples et permettent d’envisager notre société dans toute sa complexité. Nous y épluchons à l’envi le fameux oignon de Peer Gynt, observant toutes les couches qui nous constituent, tentant de définir notre condition à chaque lever de rideau. A travers le prisme des drames intimes, des détails à la loupe portés par les personnages, des fables, des images. Et le monde nous devient alors supportable, compréhensible, il est à portée.

 

C’est dans ce mouvement que j’ai envisagé nos recherches artistiques autour d’Alzheimer. D’abord en rencontrant des personnes atteintes de la maladie. En visionnant des reportages, des interviews. En lisant des témoignages. En les regardant, en tentant de découvrir dans leurs gestes, ou leur absence de geste, dans leurs paroles, ou leur absence de parole, l’endroit particulier où ils cheminent. Et en essayant de me glisser entre les lignes du texte offert par Renaud Borderie.

 

Puis tout a été rendu à l’acteur. Au corps de l’acteur. Il ne s’agit pas pour nous ici d’incarner mais de restituer. D’explorer des troubles, des élans, des failles, des irruptions. Dans un espace tri-frontal, qui permet la proximité, la porosité, l’échange des regards.

 

Je me suis souvenue de la puissante Zerline d’Hermann Broch, et de ces phrases qui ont finalement guidé la trajectoire de ma tentative sur le sujet:

« L’homme ne vaut pas cher, et sa mémoire est pleine de trous qu’il ne pourra plus jamais raccommoder. Il faut cependant faire bien des choses que l’on oublie à tout jamais, pour qu’elles servent de support au petit nombre de choses dont on se souvient toujours. L’oublié porte l’inoubliable dans ses mains vides, et nous sommes nous-mêmes portés par l’inoubliable. »

Il m’a semblé juste de suggérer, à travers différents types de situations, concrètes ou symboliques, parlées ou chorégraphiées, les rapports qui s’entretiennent avec des êtres qui ont perdu quelque chose, mais dont la présence demeure, forte et évocatrice. Ils ont perdu leur chemin, leur mémoire, leurs habitudes, leurs mots, mais ils sont là, juste à côté, sur leur petit chemin de traverse, comme le dit si bien Geneviève Demoures. Et cela nous trouble, nous déplace. Ils font partie de notre communauté, ces êtres qui ont changé et qui pourtant restent eux-mêmes. Et leur présence, leurs regards, leurs gestes racontent, souvent avec poésie, et nous livrent une part précieuse de notre passé, de ce que nous sommes.

 

Equipe artistique
 

Auteur :
Renaud BORDERIE
Réécriture et Mise en scène :
Hélène ARNAUD
Interprètes :

Julien PERIGNON

Sylvie Peteilh

Fabien CASSEAU

Musique :

Corentin MICHAT

En partenariat avec :

Et la cie Florence Lavaud

Crédits photos : Jean-Michel MONIN, Laurent ROUSSEAU, Elodie PROUST, Arnaud DARVILLE, Clémence CHARBONNIER, Jean-David IZAMBART et Ingrid JOUAULT, Corentin MICHAT

 
Copyright 2016 // Le Théâtre de l'Esquif // 05 49 35 73 94
Le Théâtre de l'Esquif est conventionné par la Région Nouvelle Aquitaine, le Département des Deux-Sèvres et la ville de Niort
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now